Régions de montagne : 
 protéger, mais aussi utiliser 

Pétition

L’espace alpin et le Jura occupent les deux tiers du territoire de la Suisse. Ces paysages de montagne incomparables ont marqué notre pays et l’ont rendu célèbre dans le monde entier. Il est par conséquent sans aucun doute essentiel de prendre soin d’un tel site. Mais les paysages ont davantage à offrir que leur beauté, l’expérience de la nature et la détente ; ils représentent aussi la base vitale des habitants et de leur économie.

Pour que les paysages puissent remplir leurs multiples fonctions sociales, écologiques, économiques et touristiques, ils doivent être accessibles à la population résidente et touristique. Dans les zones protégées, ces clivages sont hélas régulièrement à l’origine de conflits entre les différents groupes d’interlocuteurs. Le souci de protection a certes grandement contribué à préserver les sites naturels, mais à terme, seul ce qui est entretenu et utilisé activement peut réellement être conservé. Il faut par conséquent renforcer l'économie et la compétitivité de la population autochtone, afin de préserver et de développer les emplois dans les régions rurales et de montagne. Cela implique notamment des infrastructures en suffisance et des prestations, comme par exemple des dessertes de trafic ou l'accès aux réseaux en fibre optique. L’on risquerait sinon, en le formulant de manière un peu caricaturale, la scission du pays en une Suisse A, les régions de plaine économiquement dynamiques, et une Suisse B enclavée dans les réserves naturelles, les régions rurales et de montagne.

En signant cette pétition, nous exprimons clairement notre refus d’une Suisse à deux vitesses et la volonté de donner autant de poids à la valorisation des régions de montagne qu’à la protection. A l’avenir, l’évaluation des intérêts devrait tenir davantage compte des aspects liés à l'utilisation et aux besoins économiques de la population de montagne, tout en soulignant l’autodétermination des régions de montagne. La population alpine a tout autant droit au développement économique que la population urbaine et elle a besoin de perspectives d'avenir. Des emplois attrayants dans ces régions contribuent par ailleurs à réduire la pression urbaine en plaine, les flux de pendulaires et le stress de la densification.

Feuille de signatures à télécharger et imprimer


Ajouter une signature


Etat actuel

3848 signatures

Liste des signataires

Nom Lieu Date de signature
Isabelle Berdoz 1091 Grandvaux 16.06.2014
Eugen Schmid 3900 Brig 15.06.2014
Celio Franco 6775 Ambrì 15.06.2014
Carla Arnold 3910 Saas-Grund 15.06.2014
Anton Bundi 6493 Hospental 14.06.2014
Carmen Bundi 14.06.2014
Daniel Frutiger 3860 Meiringen 14.06.2014
Peter Lehmann 6300 Zug 14.06.2014
Mirjam Britsch Lehmann 6300 Zug 14.06.2014
Denise Schmid 5732 Zetzwil 14.06.2014
Schnüriger Roland 6416 Sattel 14.06.2014
Denise Grossmann-Gander 6020 Emmenbrücke 14.06.2014
Erich Meier 6300 Zug 14.06.2014
Sandro Kohler 3860 Schattenhalb Bern 14.06.2014
Josy Arrigoni 1955 Chamoson 14.06.2014
Jürg Forrer 9642 Ebnat-Kappel St. Gallen 13.06.2014
Susanne Forrer 9642 Ebnat-Kappel St. Gallen 13.06.2014
Bruni Alessandro 6900 Lugano 13.06.2014
Daniela Karli 6390 Engelberg 13.06.2014
Max Fent 9633 Hemberg 13.06.2014
Damien Mast 3960 Sierre 13.06.2014
Tanja Allenbach 3860 Meiringen 13.06.2014
Heinrich Rest 7542 Susch 13.06.2014
Paul Jetzer 3253 Schnottwil 13.06.2014
Nicole Chételat Luchinger 2822 Courroux 13.06.2014
Kurt Seiler 3960 Siders 13.06.2014
Tania Balbo 1950 Sion 13.06.2014
Brigitte Tellenbach 5728 Gontenschwil 13.06.2014
Kaspar Winterberger 3860 Meiringen 13.06.2014
Giancarlo Weingart 8400 Winterthur 13.06.2014
«Die Bergbevölkerung hat genauso ein Anrecht auf wirtschaftliche Entwicklung wie die Städter.»
Jean-François Rime, SVP-Nationalrat FR und Präsident sgv

Weitere Statements