Régions de montagne : 
 protéger, mais aussi utiliser 

Pétition

L’espace alpin et le Jura occupent les deux tiers du territoire de la Suisse. Ces paysages de montagne incomparables ont marqué notre pays et l’ont rendu célèbre dans le monde entier. Il est par conséquent sans aucun doute essentiel de prendre soin d’un tel site. Mais les paysages ont davantage à offrir que leur beauté, l’expérience de la nature et la détente ; ils représentent aussi la base vitale des habitants et de leur économie.

Pour que les paysages puissent remplir leurs multiples fonctions sociales, écologiques, économiques et touristiques, ils doivent être accessibles à la population résidente et touristique. Dans les zones protégées, ces clivages sont hélas régulièrement à l’origine de conflits entre les différents groupes d’interlocuteurs. Le souci de protection a certes grandement contribué à préserver les sites naturels, mais à terme, seul ce qui est entretenu et utilisé activement peut réellement être conservé. Il faut par conséquent renforcer l'économie et la compétitivité de la population autochtone, afin de préserver et de développer les emplois dans les régions rurales et de montagne. Cela implique notamment des infrastructures en suffisance et des prestations, comme par exemple des dessertes de trafic ou l'accès aux réseaux en fibre optique. L’on risquerait sinon, en le formulant de manière un peu caricaturale, la scission du pays en une Suisse A, les régions de plaine économiquement dynamiques, et une Suisse B enclavée dans les réserves naturelles, les régions rurales et de montagne.

En signant cette pétition, nous exprimons clairement notre refus d’une Suisse à deux vitesses et la volonté de donner autant de poids à la valorisation des régions de montagne qu’à la protection. A l’avenir, l’évaluation des intérêts devrait tenir davantage compte des aspects liés à l'utilisation et aux besoins économiques de la population de montagne, tout en soulignant l’autodétermination des régions de montagne. La population alpine a tout autant droit au développement économique que la population urbaine et elle a besoin de perspectives d'avenir. Des emplois attrayants dans ces régions contribuent par ailleurs à réduire la pression urbaine en plaine, les flux de pendulaires et le stress de la densification.

Feuille de signatures à télécharger et imprimer


Ajouter une signature


Etat actuel

3848 signatures

Liste des signataires

Nom Lieu Date de signature
Mireille Melly 3961 Ayer 02.07.2014
Gabriel Melly 3961 Ayer 02.07.2014
Ruedi Stüssi 8750 Glarus 02.07.2014
Susann Schönbächler 8755 Ennenda 02.07.2014
Pierre Weidmann 8755 Ennenda 02.07.2014
Peter Schnyder 8773 Haslen 02.07.2014
Fernando Clemenz 3920 Zermatt 02.07.2014
yvonne Berthod 1967 Bramois 02.07.2014
Andreas Aellen 3780 Gstaad 02.07.2014
Toni Eichenberger 3778 Schönried 02.07.2014
Marianne Aegerter 3762 Erlenbach i.S. 02.07.2014
stephan heim 9434 au 02.07.2014
Andrea Riggenbach 3771 Blankenburg 02.07.2014
Alex Jenzer 3771 Blankenburg 02.07.2014
jean-yves roche 3792 turbach 01.07.2014
Simon Steimle 01.07.2014
Hans Krähenbühl 3770 Zweisimmen 01.07.2014
Fabrice Thormann 3778 Schönried 01.07.2014
Jennifer Wipf 8203 Schaffhausen 01.07.2014
Hans Bettler 3766 Boltigen 01.07.2014
Frederic Thoenen 3780 Gstaad 01.07.2014
Marianne Broggi 3780 Gstaad 01.07.2014
Christian Philipp 3860 Meiringen 01.07.2014
Elisabeth Hüsler 7522 La Punt Chamues-ch 01.07.2014
Edwin Federspiel 7524 Zuoz 01.07.2014
Erna Campell 7526 Cinuos-chel 01.07.2014
Alessandro Broggi 7522 La Punt-Chamues-ch 01.07.2014
Roman Grossrieder 7524 Zuoz 01.07.2014
Tamara Müller 3860 Meiringen 01.07.2014
Lars Berger 8193 Eglisau 01.07.2014
«Schöne Berge allein reichen nicht aus zum Überleben. Es braucht auch Arbeitsplätze.»
Hans Wanzenried, Geschäftsführer Bauwerk AG, Gstaad

Weitere Statements