Régions de montagne : 
 protéger, mais aussi utiliser 

Pétition

L’espace alpin et le Jura occupent les deux tiers du territoire de la Suisse. Ces paysages de montagne incomparables ont marqué notre pays et l’ont rendu célèbre dans le monde entier. Il est par conséquent sans aucun doute essentiel de prendre soin d’un tel site. Mais les paysages ont davantage à offrir que leur beauté, l’expérience de la nature et la détente ; ils représentent aussi la base vitale des habitants et de leur économie.

Pour que les paysages puissent remplir leurs multiples fonctions sociales, écologiques, économiques et touristiques, ils doivent être accessibles à la population résidente et touristique. Dans les zones protégées, ces clivages sont hélas régulièrement à l’origine de conflits entre les différents groupes d’interlocuteurs. Le souci de protection a certes grandement contribué à préserver les sites naturels, mais à terme, seul ce qui est entretenu et utilisé activement peut réellement être conservé. Il faut par conséquent renforcer l'économie et la compétitivité de la population autochtone, afin de préserver et de développer les emplois dans les régions rurales et de montagne. Cela implique notamment des infrastructures en suffisance et des prestations, comme par exemple des dessertes de trafic ou l'accès aux réseaux en fibre optique. L’on risquerait sinon, en le formulant de manière un peu caricaturale, la scission du pays en une Suisse A, les régions de plaine économiquement dynamiques, et une Suisse B enclavée dans les réserves naturelles, les régions rurales et de montagne.

En signant cette pétition, nous exprimons clairement notre refus d’une Suisse à deux vitesses et la volonté de donner autant de poids à la valorisation des régions de montagne qu’à la protection. A l’avenir, l’évaluation des intérêts devrait tenir davantage compte des aspects liés à l'utilisation et aux besoins économiques de la population de montagne, tout en soulignant l’autodétermination des régions de montagne. La population alpine a tout autant droit au développement économique que la population urbaine et elle a besoin de perspectives d'avenir. Des emplois attrayants dans ces régions contribuent par ailleurs à réduire la pression urbaine en plaine, les flux de pendulaires et le stress de la densification.

Feuille de signatures à télécharger et imprimer


Ajouter une signature


Etat actuel

3848 signatures

Liste des signataires

Nom Lieu Date de signature
Henning Ax 7500 St. Moritz 25.07.2014
Kim Heijers 3600 Thun 25.07.2014
Andreas Gassmann 1004 Lausanne 25.07.2014
Marc Boillat 1636 Broc / FR 25.07.2014
Karin Meili 7505 Celerina 25.07.2014
Sarah Matti 3792 Saanen 25.07.2014
Werner Dänzer 1657 Abländschen 25.07.2014
Maxie Gruschka 7503 Samedan 25.07.2014
Alexander Meili 7505 Celerina 25.07.2014
Stefan von Siebenthal 3784 Feutersoey 25.07.2014
Pascal Jenny 7050 Arosa 25.07.2014
Claire-Lise Tille 1660 Château-d'Oex 25.07.2014
Reinhard Lauber 3929 Täsch 25.07.2014
Fredy Unger 7000 Chur 25.07.2014
Sergio Marchesi 7512 Champfèr Graubünden 25.07.2014
Armon Godly 7526 Cinuos-chel 25.07.2014
Claudio Gaudenzi 7503 Samedan 25.07.2014
Reto Bieri 7505 Celerina 25.07.2014
Miriam Roth 7500 St. Moritz 25.07.2014
Josef Anton Demarmels 7000 Chur 25.07.2014
Walter Grass 7427 Urmein 25.07.2014
Patrick Aeppli 7013 Domat/Ems 25.07.2014
Kurt Clausen 3995 Ernen 25.07.2014
Angela Rossi 7524 Zuoz 25.07.2014
Gian Peter Niggli 7503 Samedan 25.07.2014
Andrea Heinrich 7270 Davos 24.07.2014
Reto Friberg 7000 Chur 24.07.2014
rico stiffler 7270 davos-platz 24.07.2014
Edgar Kircher 7000 Chur 24.07.2014
Marco Pitsch 7500 St. Moritz 24.07.2014
«Schöne Berge allein reichen nicht aus zum Überleben. Es braucht auch Arbeitsplätze.»
Hans Wanzenried, Geschäftsführer Bauwerk AG, Gstaad

Weitere Statements