Régions de montagne : 
 protéger, mais aussi utiliser 

Pétition

L’espace alpin et le Jura occupent les deux tiers du territoire de la Suisse. Ces paysages de montagne incomparables ont marqué notre pays et l’ont rendu célèbre dans le monde entier. Il est par conséquent sans aucun doute essentiel de prendre soin d’un tel site. Mais les paysages ont davantage à offrir que leur beauté, l’expérience de la nature et la détente ; ils représentent aussi la base vitale des habitants et de leur économie.

Pour que les paysages puissent remplir leurs multiples fonctions sociales, écologiques, économiques et touristiques, ils doivent être accessibles à la population résidente et touristique. Dans les zones protégées, ces clivages sont hélas régulièrement à l’origine de conflits entre les différents groupes d’interlocuteurs. Le souci de protection a certes grandement contribué à préserver les sites naturels, mais à terme, seul ce qui est entretenu et utilisé activement peut réellement être conservé. Il faut par conséquent renforcer l'économie et la compétitivité de la population autochtone, afin de préserver et de développer les emplois dans les régions rurales et de montagne. Cela implique notamment des infrastructures en suffisance et des prestations, comme par exemple des dessertes de trafic ou l'accès aux réseaux en fibre optique. L’on risquerait sinon, en le formulant de manière un peu caricaturale, la scission du pays en une Suisse A, les régions de plaine économiquement dynamiques, et une Suisse B enclavée dans les réserves naturelles, les régions rurales et de montagne.

En signant cette pétition, nous exprimons clairement notre refus d’une Suisse à deux vitesses et la volonté de donner autant de poids à la valorisation des régions de montagne qu’à la protection. A l’avenir, l’évaluation des intérêts devrait tenir davantage compte des aspects liés à l'utilisation et aux besoins économiques de la population de montagne, tout en soulignant l’autodétermination des régions de montagne. La population alpine a tout autant droit au développement économique que la population urbaine et elle a besoin de perspectives d'avenir. Des emplois attrayants dans ces régions contribuent par ailleurs à réduire la pression urbaine en plaine, les flux de pendulaires et le stress de la densification.

Feuille de signatures à télécharger et imprimer


Ajouter une signature


Etat actuel

3848 signatures

Liste des signataires

Nom Lieu Date de signature
Renato Decurtins 7188 Sedrun 01.09.2014
Katja Maissen 7188 Sedrun 01.09.2014
André Maissen 7188 Sedrun 01.09.2014
Hanspeter Dorta 7550 Scuol 01.09.2014
Robert Amstutz 7550 Scuol 01.09.2014
Bruno Paganini 7552 Vulpera 01.09.2014
Egon Scheiwiller 7503 Samedan 01.09.2014
Urs Wirth 8570 Weinfelden 01.09.2014
Edda Hergarten 7457 Bivio 30.08.2014
Jean-René Fournier 1950 Sion 28.08.2014
Silvio Parpan 7206 Igis 27.08.2014
Cortesi Claudia 3072 Ostermundigen 26.08.2014
Lars Eggen 3920 Zermatt 26.08.2014
Nils Eggen 3920 Zermatt 26.08.2014
Madeleine Eggen 3920 Zermatt 26.08.2014
David Bearth 7418 Tomils 26.08.2014
Marie-Therese Herwig 7050 Arosa 26.08.2014
Katharina Herwig 7418 Tomils 26.08.2014
Jean-Claude Schuwey 1656 Im Fang 26.08.2014
Cortesi Corino Elena 6517 Arbedo 26.08.2014
Ursula Notter Gut 7270 Davos Platz 25.08.2014
Walter Gut 7270 Davos Platz 25.08.2014
charles von Wurstemberger 8126 Zumikon 25.08.2014
Jürgen Hauser 3904 Naters 23.08.2014
Jost Trümpy 8767 Elm 21.08.2014
Roland Brunner 8340 Hinwil 20.08.2014
Bernhard Studer 3902 GLIS 20.08.2014
Paul Inderkummen 3957 Erschmatt 20.08.2014
Stefan Truffer 3924 St. Niklaus 20.08.2014
Françoise Genolet-Pulicani 1950 Sion 19.08.2014
«Die Bergbevölkerung hat genauso ein Anrecht auf wirtschaftliche Entwicklung wie die Städter.»
Jean-François Rime, SVP-Nationalrat FR und Präsident sgv

Weitere Statements