Régions de montagne : 
 protéger, mais aussi utiliser 

Pétition

L’espace alpin et le Jura occupent les deux tiers du territoire de la Suisse. Ces paysages de montagne incomparables ont marqué notre pays et l’ont rendu célèbre dans le monde entier. Il est par conséquent sans aucun doute essentiel de prendre soin d’un tel site. Mais les paysages ont davantage à offrir que leur beauté, l’expérience de la nature et la détente ; ils représentent aussi la base vitale des habitants et de leur économie.

Pour que les paysages puissent remplir leurs multiples fonctions sociales, écologiques, économiques et touristiques, ils doivent être accessibles à la population résidente et touristique. Dans les zones protégées, ces clivages sont hélas régulièrement à l’origine de conflits entre les différents groupes d’interlocuteurs. Le souci de protection a certes grandement contribué à préserver les sites naturels, mais à terme, seul ce qui est entretenu et utilisé activement peut réellement être conservé. Il faut par conséquent renforcer l'économie et la compétitivité de la population autochtone, afin de préserver et de développer les emplois dans les régions rurales et de montagne. Cela implique notamment des infrastructures en suffisance et des prestations, comme par exemple des dessertes de trafic ou l'accès aux réseaux en fibre optique. L’on risquerait sinon, en le formulant de manière un peu caricaturale, la scission du pays en une Suisse A, les régions de plaine économiquement dynamiques, et une Suisse B enclavée dans les réserves naturelles, les régions rurales et de montagne.

En signant cette pétition, nous exprimons clairement notre refus d’une Suisse à deux vitesses et la volonté de donner autant de poids à la valorisation des régions de montagne qu’à la protection. A l’avenir, l’évaluation des intérêts devrait tenir davantage compte des aspects liés à l'utilisation et aux besoins économiques de la population de montagne, tout en soulignant l’autodétermination des régions de montagne. La population alpine a tout autant droit au développement économique que la population urbaine et elle a besoin de perspectives d'avenir. Des emplois attrayants dans ces régions contribuent par ailleurs à réduire la pression urbaine en plaine, les flux de pendulaires et le stress de la densification.

Feuille de signatures à télécharger et imprimer


Ajouter une signature


Etat actuel

3848 signatures

Liste des signataires

Nom Lieu Date de signature
Denise Alessandri 6102 Malters 12.10.2014
Marco Lorenzetti 3315 Bätterkinden 12.10.2014
Schimun Grasse 7553 Tarasp 12.10.2014
Markus Gross 8134 Adliswil 12.10.2014
Ueli Conrad 7270 Davos Platz 12.10.2014
Christoph Wenger 1950 Sion 12.10.2014
Samantha Gerber 3718 Kandersteg 12.10.2014
Andreas Epp 8125 Zollikerberg 12.10.2014
J. Ducommen 2058 Le Pâquier 12.10.2014
René Reiser 6314 Unterägeri 12.10.2014
Peter Müller 6204 Sempach 12.10.2014
Matthias Zurbuchen 3600 Thun 12.10.2014
Michi Gartmann 7250 Klosters 12.10.2014
Julien Suchet 1820 Veytaux 12.10.2014
Alex Lansvetin 1854 Leysin 12.10.2014
Sabrina Blattner 7260 Davos Dorf 12.10.2014
Daniel Franzen 3920 Zermatt 12.10.2014
Marianne Heller 3006 Bern 12.10.2014
Andreas Hirner 8055 Zürich 12.10.2014
Rolf Marmet 3775 Lenk 12.10.2014
Natalie Hauswirth 3780 Gstaad 12.10.2014
Markus Burger 4632 Trimbach 12.10.2014
Adrian Müller 6003 Luzern 11.10.2014
Tobias Inhof 3992 Bettmeralp 11.10.2014
Ralph Gürber 6300 Zug 11.10.2014
Clemens Bolli 7270 Davos Platz 11.10.2014
Davide Melena 6963 Pregassona 11.10.2014
Timo Gasser 6300 Zug 11.10.2014
Mike Grünig 6252 Dagmersellen 11.10.2014
Chrigel Füegi 3812 Wilderswil 11.10.2014
«Wir Bergler wollen nicht, dass unser Lebensraum zum Disneyland verkommt. Wo wir leben, wollen wir auch wirtschaften können.»
Gabi Huber, FDP-Nationalrätin Uri

Weitere Statements