Régions de montagne : 
 protéger, mais aussi utiliser 

Pétition

L’espace alpin et le Jura occupent les deux tiers du territoire de la Suisse. Ces paysages de montagne incomparables ont marqué notre pays et l’ont rendu célèbre dans le monde entier. Il est par conséquent sans aucun doute essentiel de prendre soin d’un tel site. Mais les paysages ont davantage à offrir que leur beauté, l’expérience de la nature et la détente ; ils représentent aussi la base vitale des habitants et de leur économie.

Pour que les paysages puissent remplir leurs multiples fonctions sociales, écologiques, économiques et touristiques, ils doivent être accessibles à la population résidente et touristique. Dans les zones protégées, ces clivages sont hélas régulièrement à l’origine de conflits entre les différents groupes d’interlocuteurs. Le souci de protection a certes grandement contribué à préserver les sites naturels, mais à terme, seul ce qui est entretenu et utilisé activement peut réellement être conservé. Il faut par conséquent renforcer l'économie et la compétitivité de la population autochtone, afin de préserver et de développer les emplois dans les régions rurales et de montagne. Cela implique notamment des infrastructures en suffisance et des prestations, comme par exemple des dessertes de trafic ou l'accès aux réseaux en fibre optique. L’on risquerait sinon, en le formulant de manière un peu caricaturale, la scission du pays en une Suisse A, les régions de plaine économiquement dynamiques, et une Suisse B enclavée dans les réserves naturelles, les régions rurales et de montagne.

En signant cette pétition, nous exprimons clairement notre refus d’une Suisse à deux vitesses et la volonté de donner autant de poids à la valorisation des régions de montagne qu’à la protection. A l’avenir, l’évaluation des intérêts devrait tenir davantage compte des aspects liés à l'utilisation et aux besoins économiques de la population de montagne, tout en soulignant l’autodétermination des régions de montagne. La population alpine a tout autant droit au développement économique que la population urbaine et elle a besoin de perspectives d'avenir. Des emplois attrayants dans ces régions contribuent par ailleurs à réduire la pression urbaine en plaine, les flux de pendulaires et le stress de la densification.

Feuille de signatures à télécharger et imprimer


Ajouter une signature


Etat actuel

3848 signatures

Liste des signataires

Nom Lieu Date de signature
Simon Schmid 3938 Ausserberg 21.10.2014
Nicola Schmutz 8607 Seegräben 21.10.2014
Reno Mann 2545 Selzach 21.10.2014
Petra Sulser 9472 Grabs 21.10.2014
Nadine Grünenfelder 7323 Wangs 21.10.2014
Marcel Homberger 3818 Grindelwald 21.10.2014
Kilian Weibel 6390 Engelberg 21.10.2014
Jan Kindschi 7270 Davos Platz 21.10.2014
Helen Hanselmann 9053 Teufen 21.10.2014
Barbara Wirth 3622 Homberg 21.10.2014
Dominique Gruber 3924 St. Niklaus 21.10.2014
Beat Dietrich 3918 Wiler 21.10.2014
Gabriel Anthamatten 3905 Saas-Almagell 21.10.2014
Sandro Bucher 6390 Engelberg 21.10.2014
Raffael Kamber 4712 Laupersdorf 21.10.2014
Fabienne Vollenweider 5642 Mühlau 21.10.2014
Michael Brügger 3946 Turtmann 21.10.2014
Stefan Vögeli 6130 Willisau 21.10.2014
Leo Luminati 7500 St. Moritz 21.10.2014
Patrik Huser 6410 Goldau 21.10.2014
Markus Gurtner 7550 Scuol 21.10.2014
Carina Minsch 7250 Klosters 21.10.2014
Peter von Holzen 6374 Buochs 21.10.2014
Georg Wieland 7220 Schiers 21.10.2014
Reto Rieder 3775 Lenk 21.10.2014
Gianmarco Spreiter 6210 Sursee 21.10.2014
Pamela Hofer 5620 Bremgarten 21.10.2014
Curdin Malär 7076 Parpan 21.10.2014
Patrick Gut 5712 Beinwil am See 21.10.2014
Jon Krause 6390 Engelberg 21.10.2014
«Auch die Bergbevölkerung braucht Entwicklungsperspektiven und wirtschaftliches Einkommen um zu überleben. Schützen und Bewahren allein reicht da nicht.»
Andreas Felix, Geschäftsführer des Graubündnerischen Baumeisterverbandes; BDP-Grossrat

Weitere Statements